• lieuBihorel, Normandie
  • clientMr. Le Maire, Pascal HOUBRON
  • missionComplète
  • budjet188 000
  • surface160
  • équipeExact ingénierie structure, BET
  • architecture d'intérieur
  • Bihorel
  • équipement public
  • Métropole
  • Normandier
  • Pascal HOUBRON
  • rénovation

CRÉATION D’UN ESPACE ACCUEIL AU REZ-DE-CHAUSSÉE DE LA MAIRIE

Ce projet d’architecture des espaces intérieurs vise à améliorer le rez‐de‐chaussée de la mairie de Bihorel de manière
programmatique et fonctionnelle. Se basant sur trois sujets : fluidification des circulations, hiérarchisation des espaces et
intégration de la signalétique. Le projet bénéficiera aussi bien aux publics qu’aux administrés.
L’entrée du bâtiment au rez‐de‐chaussée dessert actuellement un hall d’entrée vieillissant, Les différents extensions de la mairie
rendent la lecture des espaces intriquée et floue. La signalétique est peu impactant. Malgré un bon entretient, les matériaux
montre des signes de vieillissement.

Pour fluidifier la circulation et aérer les fonctions, le projet propose une distinction nette des espaces entre ceux réservés au
personnel de la mairie et ceux accueillant du public. Il intègre un espace de réception, visible depuis l’entrée, sans gêner la
circulation dans le hall. Pour le confort des employés et des visiteurs, l’installation d’un sas permettra une meilleure isolation
acoustique et thermique. Afin d’améliorer davantage l’accessibilité aux personnes handicapés, Les bureaux du service Etat civils
descendrons au rez‐de‐chaussée alors que les bureaux des adjoints montent à l’étage.
Une salle de réunion existante est conservée, mais réduite, afin de dégager un couloir pour un accès à la salle de mariage sans
avoir à traverser toute la salle de réunion.

Certains murs devront être partiellement déposer afin d’adapter les espaces à ce nouveau programme.
Les espaces devenus accessibles au public seront également remis aux normes PMR.
Enfin, une signalétique plus impactante et accueillante sera installée pour permettre aux visiteurs de mieux se repérer.

 

 

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

  • dakar
  • eco construction
  • hqe
  • logement

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

  • lieuNormandie
  • clientD
  • missionComplete
  • budjet1.8M
  • surface350 m2
  • équipeavec Atelier Mai (architecture d'intérieur)

Perché sur le flanc sud de la colline Saint Catherine à 5 minutes de Rouen en Normandie, le projet D se compose de deux anciens corps de ferme rénovés, reliés entre eux par une extension en ossature bois.

Résultant d’une forte volonté environnementale, ce projet tente une réflexion sur la sagesse d’habiter. « l’écosophie ».

Si l’architecture dans laquelle nous habitons doit fonctioner de manière plus écologique, elle peut surtout nous amener à changer nos habitudes et à vivre de manière écoresponsable.

Á l’inverse de la recherche du confort ultime à travers un ratio température / hygrométrie / luminosité, le projet est pensé  d’ambiances et de confort divers.

La notion de l’enveloppe ici n’est plus considérée comme une membrane mais se compose en espaces qui filtrent ou intensifient divers aspects de l’environnement. L’utilisation de ces surfaces varie selon le climat, l’activité et l’humeur des usagers.

Le projet utilise principalement des matériaux biosourcés issus de la région, la structure en chêne , les menuiseries en hêtre. Les espaces se succèdent  au sein d’une ossature légère.

L’inertie thermique des deux corps de fermes en pierre normande permet une température constante durant l’année pour les chambres, la cuisine et les salles de bain.

De grands ouvrants dans l’espace séjour permettent une bonne ventilation naturelle en été. En hiver, les espaces terrasses peuvent être clôturés en guise de jardin d’hiver.

Évoluant au grès des saisons, la maison permet aux usagers de vivre au rythme de la nature. Le projet tente ainsi de repenser la maison écologique en répondant à l’environnement de manière dynamique.

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

  • clientfondation huttopia
  • missionConception
  • budjet250 000
  • surface35
  • équipeavec Atelier Mai

Un Tiny house est par définition hors contexte particulier. L’architecture de celui-ci est par conséquente hyper contextuel, dans le sens ou elle est en dialogue avec divers environnements à la fois. ces environnements peuvent être local, temporel ou sociaux.

Le projet Tinyhouse OZ est ainsi un champ de dialogue esthétique, technique et fonctionnel, entre l’habitacle et son milieu, à travers le bien-être de l’habitant, son rapport aux cohabitants et à l’environnement. c’est ainsi un questionnement sur ce qui relève de l’essentiel dans l’art d’habiter le dynamisme.

Le projet Tinyhouse OZ commence par une réflexion de ce qui constitue l’essence de l’Habiter à travers le recoupement de plusieurs scénarios d’habitations possibles.

Distingué en quatre espaces : Stimulation, Repas, Hygiène, Sommeil, à l’instar des cycles d’activités qui rythme nos journées, ces espaces se formalisent en modules interchangeables.


L’espace de stimulation est neutre et libre avec une partie en surélévation permettant des activités aussi bien assises que debout.
L’espace de repas abrite un module cuisine multifonctionnel accessible de chaque côté. Les panneaux, en partie basse, se déploient de manière à composer une grande table à manger.
L’espace d’hygiène est aussi l’espace technique. Une partie centrale, surélevée au-dessus des équipements techniques, comporte une double vasque, un sanitaire et une cuve de rétention d’eau. Elle est bordée par deux circulations dont l’une sert aussi de douche dans toute sa longueur. Le sol de cette douche est composé de planches en bois. Ces planches se soulèvent pour laisser l’accès à une généreuse baignoire.
L’espace de sommeil est réduit, néanmoins de manière confortable, aux dimensions des nombres de couchage nécessaire selon les types de cottages. L’ensemble de sa surface est légèrement surélevé. Des rangements sont prévus en dessous de chaque planche qui compose le sol.

Tiny house OZ est la résultante d’un assemblage in situ et in tempo de modules d’activités. Cette modulabilité lui permet une variation d’assemblage au regard des différents nombres de locataires. Cela facilite son entretient et son évolution dans le temps car chaque module peut être remplacé pour s’adapter aux besoins et exigences qui évoluent.

Chaque module partage les dimensions standard des conteneurs marchands pour faciliter son transport et son entreposage.

Suspendu et fixés entre eux, les modules composant la Tinyhouse OZ s’amarrent au lieu par le biais de potelets bois ou acier selon la nature du sol. Il s’adapte donc à tout type de contexte et son impact environnemental lors de l’installation est par conséquent minimisé.

 

Dans la continuité des modules d’habitacles, une cascade de terrasse suspendue relie l’habitacle au sol naturel sans pour autant se poser dessus laissant le parterre naturel filer en dessus. Certaines de ces terrasses, en étant dans la continuité des espaces intérieurs, permettent de les agrandir lorsque la météo s’y prête.


Les fenêtres sont dimensionnées et disposées de manière réfléchie en fonction de chaque espace de manière à former des lieux de contemplation dans l’habitacle et invitant à se nicher pour profiter du paysage. Le positionnement des ouvertures permet également d’optimiser l’apport ou la protection d’éclairage naturel et de la circulation de l’air.

Le projet TinyHouse OZ emplois des matériaux écoresponsables et respectueux de la santé tel que le bois, le chanvre, la laine. En guise de second peau, au dessus des panneaux extérieurs en bois hydrofuge, des lés feutrés ou tréssés sont fixés sur des poutrelles en treillis de bambou pour ajuster les performances techniques de l’enveloppe tout en la laissant respirer. Au niveau des portes et fenêtres, des piquets et des tirants servent à soulever cette bâche de feutre, sur laquelle, des repères indiquent la possibilité à certaines zones d’être entaillé pour laisser passer la lumière en guise de brise soleil. Des poches cousues à certains endroits offrent la possibilité de proposer des plantations légères.


Les parois intérieures sont composées de toiles feutrées pliées et cousues à travers une gamme de choix de motifs ou de matériaux visant à obtenir divers propriété mécanique, thermique, acoustique.


L’esthétique en étant la résultante des caractéristiques recherchés. Tiny house OZ est l’expression d’une architecture autonome. Le volume, les ouvertures et les matériaux visent à un échange avec l’environnement naturel. En jouant avec les ressources, le projet questionne la limite intérieur / extérieur.

Habiter une Tiny house est un moment d’évasion et de rituel social.
C’est une aventure qui marque une discontinuité dans les activités répétitives de la vie comme un hiatus qui permet de retrouver un rythme, un temps d’inspiration.

À travers un confort simplifié le projet Tinyhouse Oz tente de rapprocher l’habitant à son environnement, sa structure légère vise en même temps à minimiser son impact écologique et à s’adapter à tout type de terrain. La modulabilité du projet facilite son entretien et son évolution et permet une diversité typologique. Les matériaux naturels, les volumes, les ouvertures stratégiques, l’enveloppe permettent divers échanges avec les ressources brutes inhérentes à la nature.

Tinyhouse Oz est l’ancre qui permet à chacun de s’amarrer à la nature, c’est aussi une bulle qui nous relie aux êtres avec qui nous
partageons l’aventure.

Le vent avait déposé la maison tout doucement au beau milieu d’un pays d’une beauté prodigieuse. De ravissants parterres de gazon verdoyaient sous des arbres majestueux, lourds de fruits savoureux. Des fleurs superbes formaient des massifs de tous côtés, et des oiseaux au plumage rare et étincelant chantaient et voletaient dans les arbres et les buissons.

Lyman Frank Baum, Le Magicien d’Oz, 1900, trad. Marcelle Gauwin

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

  • lieuNormandie
  • missionConception


©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

  • lieuPARIS / Auber Opéra Havre-Caumartin
  • clientRATP / ING / OIT / ARC
  • missionAide à la conception

 

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.



©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

La maison STEINBERG est un projet de rénovation économique qui s’inscrit dans une démarche écologique.Il s’agit d’une maison désaffectée, datant des années 70 jouxtant des ruines d’une ancienne grange en pierres et briques.La maison se veut simple : au RDC on y trouve la partie jour tel que le séjour, la cuisine et à l’étage la partie nuit où se trouvent les chambres.Afin de minimiser la surface de construction au sol, une légère porte à faux en ossature bois a été installée, ce qui permet d’obtenir un espace de rangement extérieur.Les ruines de la grange initiale ont été conservées comme empreinte du passé afin de former un jardinet / potager.Des briques retrouvées dans les décombres ont été réemployés pour réaliser l’allée.Un bardage bois pré grisé de façon clin normand sert de revêtement pour la façade extérieure.

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

  • lieuCasablanca
  • clientGroupe Nokta
  • missionConception

Le projet s’élabore à partir du contraste entre les façades extérieurs qui préservent l’intimité et l’espace intérieur, lieu de convivialité. Le complexe ne se veut pas pour autant autarcique. Au contraire, la perméabilité apparaît comme un axe majeur du projet. Elle s’adapte ainsi à l’environnement urbain du quartier, dont le mode d’organisation se rapproche de celui d’un village.

Les habitations sont ainsi connectées et intégrées à l’espace public. Les habitants bénéficient d’ailleurs d’une offre de proximité de services divers et variés (commerces, restaurants, etc.). Cette volonté d’alliance entre vie en collectivité et intimité, qui est au cœur du projet, se retrouve également dans la hiérarchie des jardins (le jardin public au rez-de-chaussée, les jardins semi-privés au niveau des plateaux d’étages et de la toiture, les jardins privés au niveau des balcons).

Volume

La composition volumétrique a été définie de façon à respecter l’échelle urbaine. A cet effet, la parcelle a été redimensionnée en la divisant en deux complexes bâtis, de façon à récréer une imbrication de volumes moins imposante et mieux proportionnée. Ainsi, chaque complexe bâti présente une segmentation alternant pleins et vides qui contribue à forger l’identité du projet proposé.

La composition globale obtenue par des volumes en L laissent deviner des failles urbaines et créent ainsi une aération visuelle et fonctionnelle. Cette rupture avec la linéarité a également permis de coiffer les différents étages de terrasses en hauteur aménagées en espaces végétalisés semi-privatisés. Si ces terrasses présentent l’avantage de créer du lien social, d’un point de vue plus technique, elles permettent une rétention des eaux pluviales et une meilleure irrigation.

Façade

Afin de s’adapter au climat local, les façades choisies permettent de modérer la température passivement. Ce dispositif prend la forme d’un jeu d’ailettes à moucharabieh, qui, par sa morphologie, améliore la ventilation naturelle et par son aspect de dentelle, apporte transparence tout en préservant la lumière et la vue. Des équipements de climatisation ont ensuite été incorporés dans les panneaux afin de préserver l’aspect de la façade.

Les coursives devant les façades intérieures a quant à elles sont pourvues de volets réfléchissants afin de réfléchir la lumière dans la cour intérieure. Le choix des végétaux tient également compte du climat local. Le choix et la composition des végétaux ont ainsi été privilégiés pour leur capacité à transformer l’humidité ambiante en eau.

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

  • lieuCasablanca
  • clientGroupe Nokta
  • missionConception

Ce programme est composé de 624 logements, 36 bureaux et 6 commerces. Il s’inscrit dans une démarche d’urbanisation et de développement durable et vise par là même à dépasser le concept autarcique propre à certains éco-quartiers. Le projet s’articule ainsi autour de deux axes majeurs : l’échelle urbaine et l’échelle écologique. En effet, il tient compte de l’intégration à la ville et à son mouvement. L’offre de proximité est d’ailleurs un vecteur d’attractivité important. La hiérarchisation des espaces en 3 strates permet ainsi de préserver le caractère privé du site, tout en respectant sa fluidité : au rez-de-chaussée, le jardin public, sur un plateau d’étage et en toiture, le jardin semi-privé, en balcon, les jardins privés. C’est également l’objectif des brise-vagues qui offrent, aux résidents comme aux passants, des emplacements qu’ils peuvent librement s’approprier. Le bon usage des sols, la rentabilité de l’espace et la densité maîtrisée répondent quant à eux aux critères écologiques.

En phase avec le climat

Les bâtiments ont été conçus de façon très compacte afin de répondre à la fois à des objectifs environnementaux et à des contraintes de rationalisation des plans. Ils bénéficient tous d’une double ou d’une triple orientation, afin d’offrir une meilleure diversité de vues et d’ensoleillement. À l’instar de l’architecture vernaculaire, l’esthétique de la façade est naît de l’étude de l’ensoleillement. Si les ouvertures ne varient pas en taille, elles sont cependant généreuses afin de capter une belle luminosité tout en apportant la protection solaire adéquate, de part leur épaisseur. Enfin, le stockage des eaux de pluie dans les toitures et la structure du jardin (en légère pente) contribuent à une réelle optimisation des flux des eaux.

 

Techniques des espaces verts

Toujours dans cette optique de souci de l’écologie, l’aménagement des espaces verts représente une dimension fondamentale. L’esquisse du jardin respecte la proportion de 1/3 de minéral et de 2/3 de végétal. Le jardin reprend également les techniques de la phytorémédiation par la constitution de plusieurs familles végétales. Ces plantes, aux propriétés d’assainissement, sont alors utilisées pour réduire, dégrader ou immobiliser des composés organiques polluants du sol, de l’eau ou de l’air. Elles présentent également l’avantage de ne nécessiter aucun entretien particulier.

 

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

  • lieuMont-Saint-aignan
  • clientL

Dans le cadre de cette salle de bains, l’idée était de la reconfigurer afin que la pièce gagne en modernité et en fonctionnalité. La baignoire a ainsi laissé place à une douche à l’italienne, plus accessible de par son design de plain-pied et plus élégante d’un point de vue esthétique. Les deux petites fenêtres d’origine ont quant à elles été remplacées par une ouverture sur toute la hauteur. Résultat : une lecture simplifiée de l’espace et une vue sur le jardin mise en valeur. Cette nouvelle fenêtre présente également l’avantage de devenir opaque sur un simple clic. Le réagencement de la salle de bains passant par une circulation plus fluide, la double vasque, redessinée sur mesure, a été déplacée à son tour. Pour parfaire l’ambiance générale de la pièce, un rail de spots entièrement électrifié a été installé. L’enceinte et les spots qui y sont raccordés sont modulables à souhait pour plus de flexibilité dans l’éclairage et la sonorité. Enfin, le choix du travertin, de par son aspect pierre naturelle, apporte une touche chaleureuse à l’atmosphère.

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

  • lieuParis
  • clientDécathlon
  • missionrecherche
  • budjetavec Charles Urbany, Designer
  • Decathlon
  • écosystèmes
  • fiction
  • future
  • innovation
  • installation
  • technologie

Les achats en ligne et le shopping physique sont deux comportements d’achat fortement plébiscités par les consommateurs, sans que l’un ne supplante réellement l’autre, difficile de dessiner avec précision les contours du comportement d’achat type de demain. Mais en réalité pourquoi chercher à les dissocier ? Et si la solution résidait dans la fusion entre le physique et le digital ? Le magasin du futur consiste en une expérience immersive, un lieu de vie combinant conventionnel et innovation.

La révolution du parcours d’achat s’articule autour de trois axes majeurs visant nouvel expérience globale.

L’axe spatial

éphémérisation

Cette boutique pionnière bouscule les règles traditionnelles du commerce en créant une expérience de vente inédite. Vous avez besoin d’un article de sport précis ? Vous souhaitez vous procurer un nouvel équipement pour vos loisirs sportifs ? Si vous aviez l’habitude d’arpenter les rayons du magasin à la recherche du produit tant convoité, il vous suffit désormais de trouver la borne la plus proche pour en faire l’acquisition. Ce nouveau mode de consommation permet ainsi une appropriation spontanée, plus rapide et donc plus efficace, grâce à des points de vente innovants parsemés à travers la ville…

Le sport et ses valeurs étant l’ADN même de Decathlon, l’entreprise pourrait tout naturellement évoluer vers la philosophie suivante : le sport se réapproprie la ville. Pour ce faire, et afin de favoriser l’accès au sport pour tous et de découvrir le sport urbain autrement, un parcours sportif numérique et à grande échelle où les structures seront disséminées à travers la ville serait aménagé (dans la continuité des parcours de santé en plein air et autres initiations actuellement proposés par l’entreprise).

L’axe physiologique

personnalisation

Peut-on réellement offrir à ses clients une expérience unique en continuant à déployer une offre de produits standardisés?
Dans le cadre de la présente démarche, un changement de paradigme semble incontournable. Ce dernier passe par la personnalisation du service, rendue possible grâce à l’intégration de nouvelles technologies comme l’impression 3D, le tissage et le fraisage à commande numérique. Qui n’a jamais expérimenté combien il est désagréable de conduire un vélo dont la taille du cadre ne correspond pas à sa morphologie ? Le consommateur n’aurait plus à s’adapter au vélo puisque le vélo s’adapterait spécifiquement à sa forme physiologique. Cette déclinaison permanente du produit présente deux avantages majeurs : d’une part, le client peut se procurer un article dernier cri (au choix, via un système de vente ou de location) et, d’autre part, il peut améliorer la qualité d’expérience grâce à l’ajustement optimal du produit en sa possession. Enfin, pour satisfaire les attentes croissantes des consommateurs, les équipements évoluent au gré des nouveaux besoins qui émergent.

À travers ce processus de design non linéaire, le créateur se rapproche davantage du consommateur. Pour avoir recours aux techniques de personnalisation tout en s’inscrivant dans un contexte écologique, les matériaux sont récupérés afin d’être réimprimés.
La démarche du distributeur se veut donc écologique puisqu’il n’a plus besoin de recourir à des matériaux bruts et il réalise de surcroît des économies non négligeables grâce à la disparition des frais de transport et de stockage.

L’axe psychosocial

gamification

Cette combinaison de la digitalisation avec l’innovation va même encore plus loin, la nouvelle fonction allant au-delà de l’utilitaire. L’espace commercial n’est plus uniquement fonctionnel, il devient plus dynamique, plus ludique, notamment au moyen de plusieurs modes de déplacement alternatifs.

Contrairement à l’achat en ligne où l’humain est matière première mais en même temps n’est plus au cœur du service, on assiste ici à la création d’un lieu d’échange et de socialisation. Le client n’est plus passif, au contraire, il devient acteur, en étant invité, de façon informelle, à enrichir son parcours d’achat de façon ludique. Le jeu en mouvement devient la clé, en famille ou entre amis, ou encore avec des inconnus, l’activité est collective et tout le monde peut participer, le dispositif étant conçu pour tous les niveaux de pratique et tous les publics.

Cette « gamification » revêt plusieurs aspects car elle ne révolutionne pas uniquement l’aspect logistique mais également la dimension sensorielle. L’univers des sens vient se greffer à l’univers du jeu. Les canaux sensoriels (visuel, auditif, olfactif et tactile) sont mis à contribution dans la lecture de l’environnement (par le biais de procédés interactifs, de caméras de détection de profondeur, de projecteurs, de diffuseurs d’odeurs et de sons, de dispositifs AR/VR, etc.). Le client ne se contente pas de jouer, l’immersion sensorielle, en mettant l’accent sur le registre émotionnel, lui permet de vivre pleinement une nouvelle expérience aussi épanouissante qu’inédite.

Les mécanismes issus du jeu sont sources de détente et favorisent l’adhésion. Ils permettent également de multiplier l’interaction avec le client qui se trouve ainsi fortement stimulé et impliqué. Ces éléments incitent le consommateur à nouer un véritable lien avec la marque, donnant ainsi lieu à une fidélisation pérenne. En véhiculant les valeurs de Decathlon, l’attrait et la motivation du client sont spontanément renforcés.

Plateforme: Vendre le contenant comme produit en axant sur les contenus.

Cette synergie entre différents canaux représente une solution attractive pour l’utilisateur et un lieu incontournable pour le consommateur contemporain, qu’il s’inscrive dans une démarche utilitariste, hédoniste ou encore éthique. La segmentation de Decathlon demeure inchangée puisque la solution proposée s’adresse à une cible large, aussi bien en termes de sexe, d’âge ou encore de centres d’intérêt. Idem pour son positionnement, la solution étant destinée aux passionnés, aussi bien amateurs que confirmés. Cette combinaison de stratégies marketing apporte également une réponse aux enjeux économiques de Decathlon. Ces trois pôles, en suscitant l’intérêt et l’engouement des consommateurs, présentent divers avantages : ils valorisent notamment l’image de la marque grâce au phénomènes sociaux numériques.

Enfin, ce système est à l’origine d’une optimisation réelle et continue des coûts, le tout en s’orientant vers une responsabilité environnementale. Avec ce projet, Decathlon brosse un tableau plus large : il apporte surtout un regard novateur sur la ville et la pratique du sport et va même jusqu’à transformer cette pratique en un véritable vecteur de lien social. En s’inspirant des nouvelles technologies de représentation, de fabrication et de socialisation, l’enseigne, en façonnant un environnement innovant et convivial, ouvre de nouvelles perspectives et signe l’émergence de nouveaux rapports.

 

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

Située dans le centre de Vannes, dans le Morbihan, cette maison individuelle a été conçue pour une famille de 4 à 5 personnes. Elle s’organise sur deux niveaux avec un jeu de volumes qui s’articulent autour d’un espace jour et d’un espace nuit, ces deux zones distinctes étant reliées par un couloir. Le volume dédié à l’espace jour comprend un séjour cathédrale dans la continuité d’une cuisine et d’un bureau en mezzanine. L’espace nuit est quant à lui composé de trois chambres et de deux sanitaires.

Une maison, deux volumes, quatre saisons

L’essence même de cette maison réside dans sa capacité à s’adapter aux rythmes de vie à la fois journaliers et saisonniers. Cette considération du rythme de vie de ses habitants s’exprime par la séparation longitudinale de l’espace de vie jour-nuit, par la distinction transversale d’espace actif-passif et par une circulation horizontale-verticale en forme de croix reliant toute la maison. L’organisation d’une telle distribution tient ainsi compte des pratiques quotidiennes d’une famille et permet une pluralité d’utilisations dans le temps. Ainsi, l’espace et le temps permettent de penser de façon dynamique le mode d’habitation, en s’adaptant aux besoins des occupants. La maison évolue également au fil du temps. Les ouvertures ont été conçues de façon à permettre un jeu de lumière au rythme de la journée. À cet effet, une grande baie en polycarbonate translucide fait rentrer la variation des couleurs du jardin à travers les saisons et tamise les pièces de vie, sans pour autant surchauffer les pièces. Cet apport de lumière optimum et flexible permet de respecter l’harmonie des saisons.

Une conception eco-responsive

L’orientation de la maison s’inscrit dans une optique d’optimisation énergétique. Les pièces de jour bénéficient d’une exposition sud quand l’exposition est et ouest a été privilégiée pour les pièces de nuit. Les pièces techniques ont quant à elles été prévues au nord. Les façades à pignons sont habillées d’un bardage en bois à claire voie afin d’assurer une bonne ventilation des diverses couches de la façade. La toiture, ainsi que les façades nord et sud, dites gouttereaux, sont revêtues de zinc afin de présenter une bonne étanchéité et d’assurer une bonne protection contre les vents dominants de la région nord-sud. Les eaux de pluie sont récupérées pour être réutilisées dans la maison. Le chauffage se fait par géothermie afin de produire de la chaleur à moindre coût à forage vertical qui sera ensuite distribuée par les planchers. Cette combinaison permet un apport de chaleur diffus, garantissant ainsi le confort tout en générant très peu de gaz à effet de serre.

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

  • lieuMont-Saint-aignan
  • clientC
  • missionConception
  • surface150 m2

La maison CROC dispose d’une superficie importante. Le périmètre établi concerne une des ailes de l’habitation. L’espace circulaire en question est composé d’une chambre, d’une salle d’eau, de toilettes, d’un dressing et d’une buanderie. Un réagencement a été engagé dans le but d’améliorer la fonctionnalité. Dans cette optique, une séparation a été instaurée entre d’un côté les rangements et les sanitaires et de l’autre la chambre. Une fenêtre nouvellement créée permet d’éclairer la circulation entre les différentes pièces, dont l’accès se fait désormais par des portes à galandage. Au niveau des matériaux, des lames de feutre recouvrent le plafond. Ce revêtement présente deux intérêts majeurs : il offre un rendu esthétique ainsi qu’un confort acoustique (en renforçant l’isolation phonique contre les bruits du salon attenant). L’acier déployé a été privilégié pour les volets et les portes des placards. Le choix s’est en effet porté sur l’utilisation de matériaux à la fois non standards et raffinés. Dans la chambre, un meuble sur mesure a été conçu à la demande du client afin d’y loger une télévision et d’y ranger des divers objets. Ce meuble design en laiton revêt des allures de paravent à vagues. L’architecture du meuble, par ses lignes courbes, adoucit les angles. Cette impression est d’autant plus renforcée par l’utilisation d’un matériau réfléchissant qui va capter la lumière naturelle du soleil, forgeant par là même le caractère hétérogène de l’éclairage.

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

  • lieuParis 04
  • clientMaddyness
  • missionConception
  • budjet12 000
  • surface90

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

  • lieuNoleval
  • clientR
  • missionComplete
  • budjet60 000
  • surface30

Cette résidence est située à Nolléval, en Normandie. Le projet se présente sous la forme d’une micro-cellule d’habitation, les propriétaires d’une maison de vacances ayant émis le souhait de construire une dépendance. Cette dernière est composée d’une chambre-salon, d’une pièce d’eau, d’une kitchenette et de rangements pour le jardin.

Une cellule XXS

Cette habitation s’inspire du « Cabanon » de Le Corbusier, considéré comme l’archétype de la cellule minimum. Elle se fonde donc sur cette même approche ergonomique et fonctionnaliste. L’architecture se décline ainsi de la façon suivante : une toiture à simple pan épouse une baie vitrée orientée ouest et donnant sur une terrasse en bois. Une zone de rangement a été aménagée dans l’entrée principale qui mène ensuite vers un espace sanitaires et un salon/chambre à coucher, offrant un accès sur le jardin. La principale source d’éclairage provient des puits de lumière qui longent la façade, la détachant ainsi de la toiture.

Intégration à l’environnement

Le projet a vocation à faire écho aux habitudes de vie et aux souhaits des clients, tout en étant en adéquation avec les caractéristiques du site et les ressources à disposition. Le choix d’une volumétrie simple et l’utilisation de matériaux sobres permettent à cette habitation de s’intégrer parfaitement à l’environnement.

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

  • lieuParis 11
  • clientAI HSU
  • missionConception
  • budjet1200
  • surface20 m2

©

Le titulaire des droits autorise toute exploitation des œuvres, y compris à des fins commerciales, ainsi que la création d’œuvres dérivées, dont la distribution est également autorisé sans restriction, à condition de les attribuer à son l’auteur en citant le nom de IFJ ARCHITECTURE.

Mairie de Bihorel, rénovation

projet/juillet 2021

  • lieuBihorel, Normandie
  • clientMr. Le Maire, Pascal HOUBRON
  • missionComplète
  • budjet188 000
  • surface160
  • équipeExact ingénierie structure, BET
  • architecture d'intérieur
  • Bihorel
  • équipement public
  • Métropole
  • Normandier
  • Pascal HOUBRON
  • rénovation

DAKAR

projet/juin 2021

  • dakar
  • eco construction
  • hqe
  • logement

Maison D

projet/juillet 2020

  • lieuNormandie
  • clientD
  • missionComplete
  • budjet1.8M
  • surface350 m2
  • équipeavec Atelier Mai (architecture d'intérieur)

Tinyhouse OZ

projet/mars 2020

  • clientfondation huttopia
  • missionConception
  • budjet250 000
  • surface35
  • équipeavec Atelier Mai

Centre d’équithérapie

projet/octobre 2019

  • lieuNormandie
  • missionConception

AUBER

projet/mai 2019

  • lieuPARIS / Auber Opéra Havre-Caumartin
  • clientRATP / ING / OIT / ARC
  • missionAide à la conception

TOKYAMPH

projet/mai 2019

QUINSTEI

projet/mai 2019

CASAANFA120

projet/février 2019

  • lieuCasablanca
  • clientGroupe Nokta
  • missionConception

ANFA Eco Quartier

projet/janvier 2019

  • lieuCasablanca
  • clientGroupe Nokta
  • missionConception

MSALEC

projet/août 2018

  • lieuMont-Saint-aignan
  • clientL

GAME’S ON!

projet/juillet 2018

  • lieuParis
  • clientDécathlon
  • missionrecherche
  • budjetavec Charles Urbany, Designer
  • Decathlon
  • écosystèmes
  • fiction
  • future
  • innovation
  • installation
  • technologie

BELBCECI

projet/mai 2018

VANNGUIL

projet/mai 2018

CDGE

projet/septembre 2017

MTSACROC

projet/mai 2017

  • lieuMont-Saint-aignan
  • clientC
  • missionConception
  • surface150 m2

Station Balnéaire DB

projet/mai 2017

Maddyness Beaubourg

projet/août 2016

  • lieuParis 04
  • clientMaddyness
  • missionConception
  • budjet12 000
  • surface90

NOLEROUS

projet/mai 2016

  • lieuNoleval
  • clientR
  • missionComplete
  • budjet60 000
  • surface30

CARTIER sky

projet/novembre 2015

Restaurant Ai

projet/août 2015

  • lieuParis 11
  • clientAI HSU
  • missionConception
  • budjet1200
  • surface20 m2